.

La mémoire de l’eau

À chaque année, les crues printanières menacent d’inonder de multiples communautés à travers le Canada et les États-Unis, une menace qui ne pourra que s'intensifier dans les années à venir, un phénomène largement dû aux changements climatiques. La mémoire de l'eau est un essai photographique réalisé entre juin et octobre 2011 à Venise-en-Québec, sur les rives du Lac Champlain au Canada, un lac partagé avec le Vermont aux États-Unis. Ces photographies, de type « avant-après », rendent compte de l'ampleur des inondations et des dégâts causés, ainsi que de la réhabilitation des lieux suite à la crue historique des eaux. Ces photographies interrogent finalement ce désir aussi humain qu'irrésistible d'habiter dans des zones riveraines qui sont, elles, par leur nature, aussi paradisiaques qu'inondables...et qui le seront malheureusement de plus en plus.

Water Memories

Every year, communities across Canada and the USA are threatened by spring floods as snow melts, a threat bound to increase both in scale and frequency every year, largely due to climate change impacts. This photo essay was undertaken between June and October 2011 in Venise-en-Québec, on the shores of Champlain Lake in Canada, a lake that acts as a natural border with Vermont in the USA. The photographs, borrowing a “before-after” aesthetic, depict the scale of the record breaking flooding as much as the cleaning effort that followed. The essay also questions the ambiguous relationship of men with bodies of waters, including the irresistible attraction to live in a location by nature bound to be unpredictable, even more so every year that goes by.